Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Ted quitta sa société avec plus d'une heure de retard. Il se rua dans le premier ascenseur venu. Certains ascenseurs étaient condamnés. Il prit le premier. La cabine était tendue de bâches de chantiers. Il y a avait de la poussière sur le sol et l'air était rempli d'odeur de dissolvant. Ted pressa sur G0. La machine se mit en marche dans un  silence étonnant. Il lui restait environ une vingtaine d'heures avant de retrouver sa belle Chris. Brutalement l'ascenseur ralentit, le carillon d'étage sonna, la porte s'ouvrit ! Ted ne reconnu  pas le Hall d'accueil

-  Qu'est-ce que je fais ici ?

Il avança sur un palier encombré de plaques de gravois, de pots d'enduits, d'échelles et de toiles maculés de peinture. L'éclairage de la cabine s'éteignit, la soufflerie de la clim stoppa. Inquiet, Ted avanças sur le palier.  Un bureau était resté ouvert. Il s'y aventura puis approcha de la baie vitrée, aperçut la tour sud, s'approcha d'avantage, eut un mouvement de recul face au vide profond qui s'ouvrait sous ses pieds. Une forêt d'immeubles au gigantisme galopant se dressait devant ses yeux émerveillés. La ville était en tenue de soirée dans son écrin de béton, si impressionnante, si changeante et parfois si oppressante, une ville envahie par des légions de touristes  venus admirer les gratte-ciels de New-York et la saisissante hauteur des tours du World Trade Center souffrants de torticolis de circonstance,. 

«  Il faudra que je prenne une assurance vie. Ça ne me fera pas mourir et ça protègera Chris. Je suis trop bête. J'aurai du y penser plu tôt. »

Le jeune homme resta immobile un instant, contemplait l'immense ville, ne pensant à rien d'autre qu'au plaisir qu'il ressentait, se dire qu'il avait enfin réussit, qu'il était reconnu comme le meilleur ingénieur de la boite puis il se ressaisit et  fit demi-tour, se dirigea vers le palier. L'ascenseur ne l'avait pas attendu. Il pressa le bouton d'appel, attendit quelques secondes, appuya à nouveau, patienta. Rien ne se passa. Il enfonça le bouton d'appel avec plus de d'insistance. Rien. Immobilité et silence.

- « Garder son calme comme  le dit América et attendre que cette putain de porte veuille bien s'ouvrir. »

Ted attendit jusqu'à ce qu'il atteignit son seuil d'impatience. Il réitéra les appels, pressa rageusement ce bouton muet qui refusait obstinément de s'allumer. Combien de temps lui restait-il pour se rendre à Grand Central Station. Le train de 19h50 était certainement parti. Tant pis il aura le suivant. Il se frotta le menton en faisant crisser une barbe de trois jours.

....

Quelques minutes passèrent, Ted restait figé dans une sorte d'expextative quand il prit la décision  d"emprunter l'escalier de service. Il se dirigea vers une porte, l'ouvrit, tomba nez à nez avec des ballets brosse et des produits d'entretien, referma le placard, ouvrit une autre porte. Il y avait bien un escalier, sale et poussiéreux. Il n'avait pas le choix. Il franchit le seuil, déboucha sur un palier bétonné et gris à l'odeur de ciment et d'humidité. Seul l'éclairage de secours lui permettait à peine de voir. La porte se referma derrière lui dans un claquement qui résonna longuement dans la cage d'escaliers. Il sursauta,  voulut ressortir, Le mécanisme de'ouverture de la porte était bloqué. Ted n'y attacha pas trop d'importance, entreprit la descente. 
.........

 - « Presque une centaine d'étages. Ca va être long et pénible. ... Je compte dix-sept marches par étage, ça fait...Non c'est vraiment idiot de les compter toutes....mille sept cents marches !

L'endroit était dénué d'intérêt. Ted s'arrêtait à chaque palier, essayait d'ouvrir le sas d'accès, hélas tous condamnés.

«  Soixante-six, soixante-sept, »

Il avait faim.

«  Je mangerai bien un bon steak et des frites croustillantes, boire une grande bière chinoise pas trop forte»

Une idée qui le fit saliver et qui ne le lâcha plus.

« Cent-treize, cent-quatorze, cent... Il faut que j'appelle Chris. Elle va s'inquiéter.... Vraiment cette América, quel sale boulot elle se tape...Nettoyer la crase des autres et être si mal payée....Ted se souvient de la fois où, pris d'une gastro-entérite impossible à endiguer, il fallut qu'il aille toute affaire cessante, aux toilettes alors que ce piffre de Mercury venait d'en sortir et combien il lui avait été difficile de ne pas fuir en courant tant l'odeur qui s'en dégageait était abominable. Mais nécessité faisant loi, il du y rester contre son gré, avec au cœur l'impression répugnante de pénétrer dans un cloaque immonde..
............. 

Ses pieds se posaient de plus en plus lourdement sur le sol et sa sacoche lui tirait sur les bras

« Huit cent cinquante et un, Huit cent...Il se demandait combien de temps il allait rester dans ce trou sans fond........

Quatre étages plus bas

« Environ mille sept cent, je compte une seconde par marche...ça fait une bonne demi-heure. Il est peut-être neuf heures, davantage.!... Je ne voudrais pas être enfermé ici toute la nuit.... »

Ted se mit à chanter un vieux tube d'Elvis Presley. Il trouvait que sa voix n'était pas aussi laide que voulait bien le dire Chris. Chanter, ça lui passait le temps et puis il trouvait cet chanson si belle

Combien d'étages restait-il à descendre ? Peut être une trentaine, davantage. Il tripotait machinalement sont mobile dans sa poche, passait le bout de ses doigts sur la matière plastique douces comme la peau de Chris. Il eut une pensée attendrie pour sa chère petite Chris, si charmante, si intelligente, si ceci, si cela...... elle qui avait à peine vingt deux ans.  Une vraie gosse...

.....
 Il s'énervait parfois contre elle, elle qui ne savait pas cuisiner, ne faisait aucun ménage, passait des soirées à lire des polars anglais et de la littérature française dans le texte. Et lui qui ne lisait que des bd et des revues de maquettistes aviation. Il lui aurait fallu des années pour lire un bouquin français..... et pourtant, il en avait fait quatre ans de ce foutu français qu'il trouvait si difficile à parler comme à comprendre. Il se souvenait d'une poésie d'un certain  Verlaine. Ted récita à voix haute le premier vers dans un français approximatif doublé d' un fort accent yankee.

« Les sanglots longs des violons de l'automne, blessent mon cœur d'une langueur.... Il avait oublié la rime. "D'une langueur monochrome" Non "d'une langueur comme des pommes" Non ça ne veut rien dire. Il ria de sa maladresse...  

Il faisait nuit sur Manhattan

«  Chris a les plus beaux seins du New-Jersey. Ce qu'elle est bandante ! Mais ce qu'elle peut être bandante !... Quand je pense que c'est ma femme ! Elle est si jeune, trop jeune. Elle n'a jamais connu d'autres types que moi. C'est impensable, ça m'ennuie.... Elle ne sait pas ce qu'elle perd, peut-être que je ne la satisfais pas... Un jour elle voudra connaître autre chose.. Je suis un mec ordinaire, avec un sexe ordinaire et des possibilités ordinaires, pas vraiment un don juan, pensa-t-il avec le même et récurent complexe.... Je te déteste, tu me fais honte se dit-il à lui même....Je m'en fiche, Je vais avoir un enfant, quelle chace !    

A SUIVRE !

Partager cette page
Repost0